Quitter Facebook, une bénédiction ?

Edition n°31 - 2 mars 2021 - Bonnes pratiques, usages, tendances, business, outils...

▶️ FOCUS : comment Stuff a coupé les ponts avec Facebook, et s’en porte beaucoup mieux

Le bras de fer entre le gouvernement australien et Facebook s’est terminé par un repli des deux camps, via un accord qui favorise la négociation individuelle avec les médias et non plus une loi globale.

Facebook a peut-être compris que sa stratégie risquait de conduire les médias à découvrir qu’ils peuvent se passer de lui, comme lors de la panne Facebook de 2018. C’est ce que montre aussi l’exemple de Stuff, média néo-zélandais, interrogé par le Reuters Institute.

En juillet 2020, Stuff a décidé de quitter Facebook et d’abandonner son audience de plus d’un million de followers (avec Instagram). Ce, près avoir arrêté la publicité sur la plateforme en mars 2019.

La pdg Sinead Boucher et son équipe avaient été choqués par le manque de réactivité manifeste de Facebook lors du massacre à la mosquée à Christchurch. Attaque atroce filmée pendant 36 minutes, diffusée sur 4chan et téléchargée des millions de fois, avant que le réseau géant ne retire la video.

La dirigeante de Stuff avait donc décidé de cesser de promouvoir ses contenus pour ne pas soutenir financièrement une entreprise qu’elle considère comme complice de l’horreur. “Cela n’a eu aucun effet sur notre trafic” explique Sinead.

Les visiteurs uniques ont même cru de 5% sur un an. Ce qui est une hausse faible compte tenu du contexte sanitaire et électoral favorables à la consommation d’infos.

En réalité, le retrait de Facebook leur a probablement coûté entre 5% et 10% de croissance. Mais l’essentiel du trafic perdu a été compensé par les accès directs et la recherche. Et Facebook continue de leur fournir entre 10 et 11% de trafic, car les lecteurs partagent toujours les liens du site sur leur fil.

Ce retrait s’est accompagné du lancement d’un modèle de soutien par les lecteurs comme au Guardian, qui a révélé l’adhésion fort du public. Stuff a décidé de refonder sa relation aux lecteurs via The trust project, 8 indicateurs pour mesurer son action.

Une confiance accrue avec le public, des revenus équilibrés, une équipe plus épanouie qui ne subit plus les agressions des trolls… Le site a gagné sur tous les tableaux. Mais pas les publics les plus vulnérables, notamment maoris, qui ne consultent plus le site.

👉 Editeurs de contenus, si vous cessiez de vous faire phagocyter par Google et Facebook ? (un vieil avertissement de 2012)

Share


▶️ 3 liens incontournables de la semaine

  • Une initiative intéressante du New York Times explique ses efforts en faveur de l’accessibilité et la lisibilité de ses contenus. A noter :

    • Le travail sur la visibilité des zones de connexion pour les abonnés

    • Utilisation du Semantic HTML et de marqueurs ARIA pour faciliter l’interprétation des infos par les lecteurs d’écran des déficients visuels

    • Navigation au clavier pour ceux qui ne peuvent utiliser une souris

  • Maxime Loisel détaille sur son blog cinq besoins que les médias pourraient mieux servir : faire le point en quelques minutes sur l’actu du jour, suivre un sujet sur le long terme, rattraper l’actu de la semaine ou du mois précédent…

  • Le site ThisisTucson, en Arizona, n’a pas hésité à interroger fréquemment ses lecteurs pour bâtir sa communauté de donateurs. Voici ses recos :

    • Se débarrasser de ce qui n’est pas vraiment lu

    • Solliciter ses lecteurs partout, tout le temps

    • Utiliser plutôt les termes “rejoignez-nous” ou “contribuez” plutôt que “donnez” ou “abonnez-vous”.


▶️ En bref, dans les médias

🎁 BONUS : créez et programmez des threads Twitter

Thread Creator : outil gratuit pour créer et programmer des threads sur Twitter.


Nos prochaines formations ESJ PRO :


Cette info-lettre vous a plu ? Vous pouvez vous y abonner en cliquant le bouton ci-dessous. Vous avez aussi le droit de la partager :) A bientôt !

Pour la recevoir tous les mardi matin, indiquez votre e-mail ci-dessous :